Véronique Chagnon Côté

                                                                      Nouvelles                  Portfolio                  CV                  Démarche                  Contact                  Documentation                   Bibliographie

 

                                                    Espaces incertains

                                                    La peinture que je réalise est une exploration de la phénoménologie de notre perception de l’espace.
                                                    Je m’intéresse particulièrement au point de vue du spectateur en présentant des espaces aux
                                                    perspectives incohérentes afin de décomposer les archétypes de notre réalité. Pour ce faire, j’utilise
                                                    des éléments référents au construit, au paysage et à l’architectonique des formes pour former un lieu
                                                    imaginé à partir de mon environnement immédiat. La peinture est donc construite en succession de
                                                    couches de matière: lignes, aplats, angles et points de fuite se superposent sur une trame préconisant
                                                    un dessin structurant la composition. Architecture et nature y sont en constante confrontation. Ainsi, la
                                                    peinture s’ouvre ou se referme sur des paysages ambigus et utopiques, à la fois intérieurs et
                                                    extérieurs, où la nature côtoie la structure, le mur, l’ouverture. Les tableaux deviennent des casse-têtes
                                                    présentant des jeux de perspective et des juxtapositions incohérentes de plans, d’ombres et de
                                                    lumières.
                                                    La série de tableaux présentée en 2016-2017 fut élaborée suite à un stage de recherche au
                                                    Jardin botanique de Montréal ainsi qu’au Jardin de Versailles en France. Ce corpus suggère des
                                                    espaces multiples, où la perception du spectateur est déjouée par l’espace ambigu dans lequel son
                                                    regard se plonge. Il s’agit d’hétérotopies (1), soit des zones qui imbriquent plusieurs espaces de natures
                                                    différentes dans le même emplacement. J’utilise la structure de certaines architectures de mon
                                                    environnement immédiat (par exemple, un dôme, un grillage, une décoration) pour créer la structure
                                                    du tableau. Puis, j’imbrique et je transforme cette structure pour faire apparaitre une vue à vol d’oiseau
                                                    d’un jardin. L’image qui est alors créée propose un espace inédit, ou la perspective et l’illusion de
                                                    profondeur suggère une image figurative et abstraite à la fois. Le spectateur est situé dans une vue en
                                                    plongée et en contre-plongée tout en étant dans un espace en vol d’oiseau.

 

                                                    (1) Notion élaborée par Foucault : FOUCAULT, Michel, Dit et écrits 1984, Des espaces autres (conférence au Cercle d'études
                                                    architecturales, 14 mars 1967) in Architecture, Mouvement, Continuité, n°5, octobre 1984, pp. 46-49